Croisière dans le parc national de Komodo

Croisière dans le parc national de Komodo

Le 22 septembre 2018,

Récit de croisière dans le parc national de Komodo,

C’est à Labuan Bajo, sur l’île de Flores que nous séjournons afin d’explorer le parc national de Komodo.

Nous embarquons sur un petit bateau indonésien avec une famille de français, deux belges et une hollandaise. L’équipage aussi, bien sûr.

Notre première destination : Kanawa Island.

Le sable est blanc, l’eau bleue turquoise. Un long ponton nous permet d’accéder à cette jolie petite île. Mais avant cela, il faut enjamber plusieurs bateaux, sans tomber à l’eau. Pieds à terre, nous enfilons nos masques et tubas et partons à la découverte des fonds marins depuis la plage. De petits poissons blancs nous attaquent et viennent nous mordiller les mollets _ comme pour nous faire comprendre que l’on est chez eux, dans leur environnement et qu’on a plutôt intérêt d’en prendre soin.

Nous remontons à bord de notre bateau, direction Manta Point.

Manta Point, c’est l’un des endroits du monde où les fameuses raies manta ont l’habitude de passer du temps. Arrivés dans les alentours, les indonésiens sont à leur recherche. Là l’un d’eux crie : « Manta Manta, go go !! ».  Je n’ai pas même pas le temps de réfléchir ou ni même de réaliser ce qu’il se passe, qu’on me pousse à l’eau. Le courant est fort et la mer agitée. Je me retrouve très vite assez loin du bateau. Et là, c’est la panique !

Je réalise que je n’ai pas mes palmes aux pieds, équipement indispensable lorsqu’il y a du courant apparemment, et je comprends mieux pourquoi. Mon masque est totalement de travers, je ne vois plus grand chose, mon tuba s’échappe de ma bouche, je bois deux ou trois fois la tasse_ voire plus. François nage comme il peut afin de rejoindre le bateau pour récupérer mes palmes. Mais devinez quoi ? Je n’ai même pas le temps de les enfiler qu’une raie manta nous passe juste devant le nez. C’est impressionnant, majestueux. Le spectacle est déjà fini, il est temps de remonter sur le bateau.

Au moins je pourrais dire que j’ai nagé avec une raie manta, sans palme !

Je suis épuisée. Je crois que notre équipage indonésien n’a pas la même notion du danger et de la sécurité que nous. Nous finissons tous par en rigoler bien qu’on se soit tous faits une belle frayeur dans cette mer bien agitée. Nous avons la chance (ou pas d’ailleurs) de sauter une seconde fois à l’eau afin d’admirer les raies manta. Elles planent tels des avions. Elles sont fascinantes et élégantes. Après cet épisode à la fois tumultueux et magique nous reprenons la mer direction l’île de Padar.

Padar Island

Nous accostons sur l‘île de Padar. La plage est magnifique. Une petite marche d’une heure nous attend afin d’atteindre un point de vue. C’est splendide. La vue de là haut est à couper le souffle. Cet endroit est incroyable, sauvage et préservé. Des bras de terre s’avancent dans la mer. Ce découpage est fascinant. La mer vient caresser chaque contour de l’île et créer des dégradés de bleus époustouflants.

Une nuit dans le parc national de Komodo

Il est temps de remonter sur le bateau. Nous nous dirigeons vers l’île de Komodo afin de trouver un endroit à l’abris du vent pour passer la nuit. Je suis toute excitée à l’idée de passer la nuit à ciel ouvert dans cet endroit magique et féérique. Mais un tout autre sentiment m’envahit : la peur. Le bateau fonce tout droit dans les courants et les tourbillons. Ça tangue. Ça tangue beaucoup. Nous faisons un virage à 90 ° dû au tourbillon. Le capitaine nous demande de tous nous asseoir du même côté pour faire balancier. Il n’a pas vraiment l’air de maîtriser la situation. Nous sommes pris dans le courant et n’avançons quasiment plus. On se sent tellement petit lorsque la nature décide de faire des siennes. Et encore plus petit quand le capitaine du bateau ne nous inspire pas confiance. La situation semble se calmer. Nous arrivons à destination.

Nous avons bien sympathisé avec les personnes à bord excepté l’équipage qui n’est pas très bavard. La famille de français a pensé à tout. Des bouteilles de bières qu’ils ont la gentillesse de partager avec tout le monde, de quoi rendre ce moment encore plus convivial et agréable. On se raconte nos aventures, on se rappelle de notre expérience mouvementée avec les raies manta, on rigole. Après ce petit apéro, l’équipage indonésien nous sert le dîner. Le même que le déjeuner. Des plats typiques d’Indonésie sont servis. C’est un buffet. À nous de piocher dans chaque assiette. Les courgettes fries, un délice. Vient l’heure de mettre en place les couchages. Le capitaine nous annonce qu’il y a 7 matelas. Nous sommes 9. Et bien nous allons nous serrer et dormir les uns près des autres.

C’est une nuit étoilée qui opère. Le bruit de la mer nous berce ainsi que le mouvement balancier du bateau. Il est temps de fermer les yeux. La croisière dans le parc national de Komodo n’est pas terminée. Une magnifique journée nous attend à notre réveil.  À demain.

Coucher de soleil, croisière Komodo

Aujourd’hui, c’est un grand jour. Oui je sais il y a souvent des grands jours avec moi. Mais qu’est qui peut bien me procurer autant de joie et d’excitation ? Et bien, aujourd’hui, nous partons à la rencontre des dragons de Komodo. Vous savez, ces énormes bêtes semblables à des dinosaures ?! On les trouve seulement ici, sur quelques îles de l’archipel.

Nous accostons sur l’île Komodo.

Là, un guide nous attend pour nous accompagner sur le chemin du trek. En réalité, ils sont deux : un ranger à l’avant et un stagiaire-ranger à l’arrière. Nous marchons, à une allure modérée, sur un chemin déjà tracé, tous les uns derrière les autres. Le paysage est très aride. Je marche en regardant mes pieds. Tout d’un coup, je lève la tête et j’aperçois un des fameux dragons. C’est incroyable ! Ils existent vraiment ! Tous les documentaires animaliers que j’ai pu regarder étant petite, disaient donc vrai ! Il avance tout doucement, une grosse patte après l’autre. Puis il s’arrête comme s’il prenait la pose pour qu’on puisse le photographier. Juste derrière c’est un bébé dragon qui prend le soleil.

Il est temps de remonter sur le bateau. Mais la visite ne s’arrête pas là. Nous nous rendons à présent sur l’île de Rinca. Des dragons habitent également sur cette île et nous avons la chance d’en rencontrer lors d’une chouette balade.

La croisière dans le parc national de Komodo touche à sa fin, ou presque, il faut encore rentrer à bon port, c’est à dire à Labuan Bajo.

Croisière Komodo

Ces deux jours furent incroyables. L’archipel de Komodo est splendide et regorge de coins paradisiaques protégés et encore sauvages ce qui devient rare en Asie. Certes nous avons eu quelques frayeurs à bord de ce bateau mais nous avons tout de même bien rigolé tous ensemble. Une belle expérience humaine au beau milieu de la nature toujours plus belle.

Pensée à nos compagnons de croisière.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *