Katmandou, un chaos coloré – Népal

Katmandou, on aime et on déteste. Atterrir à Katmandou, c’est un choc culturel pour nous français. Tout y est différent. Le trafic, on en parle ? On se demande souvent si l’on va réussir à traverser une route sans se faire rouler dessus. Scooters, voitures, rickshaws, vélos et piétons empruntent les mêmes chemins. Les coupures d’électricité sont régulières. On comprend mieux en voyant les fils électriques pendre au travers de la ville entre deux poteaux. La poussière est omniprésente. Nombreux sont ceux qui portent un masque.  Les déchets sont jetés au sol ou dans la rivière qui traverse la ville _ rivière qui n’a d’ailleurs quasiment plus d’eau en ce mois d’avril. Les népalais nous interpellent à tous les coins de rue pour nous vendre des babioles, de la nourriture ou pour nous embarquer dans leur taxi qui risque de perdre une roue en chemin. Des fois on entend, Mango ? Banana ? Marijuana ? (Ah non désolé on s’appelle François et Athina).

Mais pourtant… cette ville me fascine.  Suivez-moi, vous allez comprendre ! 😉

Dans les rues de Katmandou

Les rickshaws de Katmandou, un moyen de transport
Entre fils électriques et oursons…

Durbar Square

Durbar Square est situé au cœur de la vieille ville de Katmandou. Cette place regroupe de nombreux monuments historiques classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO _ des temples hindous et bouddhistes. Ils sont nombreux à avoir soufferts du tremblement de terre de 2015 (qui a fait plus de 8000 morts). Le site est donc actuellement en reconstruction. L’entrée au site coûte 1000 Roupies mais il est possible de contourner les postes de contrôle des tickets si vous voulez juste jeter un coup d’œil sans entrer dans les temples. On peut aussi étendre la validité du ticket jusqu’à la date de fin de visa inscrite sur son passeport. Pour cela, il suffit de se rendre au poste principal de contrôle.

Afin d’avoir une vue sur l’ensemble de la place, nous avons pris un déjeuner dans un café muni d’un roof top ! Le pied ! Je vous conseille ce lieu, c’était délicieux : Cosmo de Cafe.

Swayambhunath – Monkey Temple

Nombreux sont les stupas au Népal. Celui que je vous présente ici est situé à 2/3 km de Thamel. A pied c’est faisable. Arrivé en bas, il suffit de gravir les nombreuses marches afin d’atteindre le sommet et de bien évidemment payer un ticket d’entrée (exclusivité touristes blancs 😉 ). Là, on a une vue sur Katmandou et sa pollution. Lorsque l’on se retourne, un immense stupa se dresse devant nous. C’est vraiment beau. Des singes occupent ce site.

Le jardin des rêves

Le jardin des rêves est un joli endroit paisible situé au cœur de la ville. Ici, on a l’impression d’avoir quitté la ville. Nous prenons un déjeuner dans le Kaiser café. C’est très bon mais plus cher qu’ailleurs. Je vous laisse admirer en images.

Patan

Patan est une ville située à environ 6 km de Katmandou. Patan est quasiment considérée comme la banlieue de Katmandou. La ville est entourée de quatre stupas et possède une place centrale regroupant de nombreux temples: Durbar Square (oui c’est le même nom que la place de Katmandou).

 » Après une bonne nuit de sommeil, nous sortons de l’hôtel pour nous rendre à la station de bus. Enfin si on peut appeler ça une station de bus. Ça ressemble plutôt à une grande rue où passent toutes sortes de bus. Mais, pas facile de s’y retrouver dans ce chaos. Les destinations sont inscrites en népalais… Après avoir interpellé une dizaine de bus, nous décidons finalement de prendre le taxi. Ce n’est que partie remise !! Après négociation et un bon moment dans le taxi, nous arrivons à Patan. Les ruelles sont calmes comparées à Katmandou. La ville est très mignonne et les enfants adorent s’arrêter pour nous dire bonjour et nous demander notre prénom.

Nous nous dirigeons vers Durbar Square. Notre premier stop est le Golden Temple (50 Rp l’entrée). Ce temple est vraiment magnifique. On peut monter à l’étage où se trouve le monastère. Là des femmes et des hommes sont assis en tailleur pour faire leur prière. Nous continuons la visite en parcourant les différents temples.  » _ Extrait de mon carnet de voyage manuscrit.

Durbar Square Patan

Bodnath, le plus grand stupa d’Asie

Ce stupa se situe au beau milieu des habitations, à l’est de Katmandou (j’ai pris un taxi pour m’y rendre). Il est fascinant ! On peut même marcher dessus ! Et encore mieux, pour apprécier encore plus et se rendre compte de la taille de ce monument, il est possible d’aller s’installer à la table d’un café en hauteur !

Vivre comme des locaux

Les visites c’est chouette mais s’immerger dans le quotidien des locaux c’est sacrément génial et parfois très drôle !

Pour ma part, j’ai décidé de suivre un cours de cuisine à Katmandou. J’ai eu la chance d’apprendre à cuisiner les momos népalais ! Cliquez ici pour voir la recette détaillée ! C’est fascinant de les voir cuisiner avec autant d’épices différentes. Je vous conseille grandement la compagnie avec laquelle j’ai pris ce cours de cuisine. Il suffit juste de leur envoyer un mail. Concernant le prix, c’est une donation, on donne ce que l’on veut. Voici le lien de leur site internet http://www.socialtours.com/trip/nepali-cooking-course 

François lui a décidé d’aller expériment … LE COIFFEUR NEPALAIS ! Vous rigolez mais je vous assure que c’est une expérience à part entière ! Le salon de coiffure ne paye pas de mine. Le népalais commence à couper les cheveux de François. Après environ 1/2 heure c’est enfin fini. Il s’attaque ensuite à sa barbe. Là, je fais un bond de ma chaise. Une souris vient de passer entre mes pieds… Une fois la barbe et les cheveux coupés, le coiffeur sort tout un attirail de crèmes qu’il applique sur la tête et le visage d’une façon très très énergique !! Le fou rire assuré ! Au final le résultat est très satisfaisant. Tout va bien qui finit bien !


N’hésitez pas à me contacter pour toutes informations complémentaires sur Katmandou.

Suivez mes aventures en direct sur Instagram et sur la page Facebook @Duvoyagealassiette.

** Du Voyage @ l’Assiette **

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *