Du champ au produit ultra-transformé

Du champ au produit ultra-transformé

On peut différencier les aliments selon leur degré de transformation (c’est ce qu’on appelle la classification NOVA). De façon simplifiée, il existe:

Les aliments peu ou non transformés : ce sont ceux qui proviennent directement de l’animal ou de la plante comme les œufs, le lait, les légumes et les fruits ou des aliments naturels qui ont été transformés légèrement mais sans ajout de d’autres substances, tels que les fruits séchés, les pâtes fraiches ou sèches à base de blé et d’eau…

Les ingrédients culinaires transformés : ce sont des aliments naturels ayant subi un pressage, raffinage, concassage ou broyage comme les huiles, le beurre, le sucre et le sel. On utilise notamment ses ingrédients pour assaisonner, cuire des légumes et concocter des tartes et des gâteaux à la maison.

Les aliments transformés : ce sont ceux essentiellement fabriqués à partir d’ingrédients naturels auxquels on ajoute du sucre, du sel, de l’huile avec pour but de rallonger la durée de consommation ou de modifier le goût et l’odeur de l’aliment, comme par exemple les fruits ou légumes en conserve, le pain, les fruits secs, le poisson en conserve…

Les aliments ultra-transformés : ce sont ceux qui ont subi plusieurs étapes de transformation industrielle (dont des transformations chimiques) et utilisant une grande variété d’ingrédients et des substances comme les additifs permettant d’imiter ou même améliorer les qualités organoleptiques des aliments afin de rendre le produit plus attractif, durable et rentable. On peut citer les sodas, les collations sucrées ou salées, les biscuits, les plats préparés, les frites, les nuggets de poulet, les crèmes glacées …

Plus les aliments sont transformés plus ils deviennent nocifs pour la santé. Alors certes les produits ultra-transformés sont notamment très pratiques car prêts à l’emploi, durables et rentables (quoi que…), mais leur consommation excessive engendre des dégâts considérables sur la santé. On comprend vite pourquoi rien qu’en regardant la liste d’ingrédients; sans parler des modes de transformations utilisés dans les industries agro-alimentaires tels que la cuisson à très haute température.

Sirop de glucose ou glucose-fructose (rend les pâtisseries plus moelleuses) Fait bondir l’index glycémique et la sécrétion d’insuline ce qui entraîne des sensations de faim permanentes et une prise de poids.
Matières grasses partiellement hydrogénées, huile de palme. Augmente le mauvais cholestérol, mauvais pour le cœur.
Sel en grande quantité Hypertension artérielle.
Isolats de protéines de soja Très souvent modifiés génétiquement.
Les additifs chimiques Augmente le risque de cancer, obésité, risques cardio-vasculaires, problèmes cutanés.

Exemples de quelques ingrédients très souvent présents dans les produits ultra-transformés

Ceci étant dit, inutile de culpabiliser après avoir mangé un produit ultra-transformé, l’importance est de ne pas en consommer de manière excessive. Consommez en de temps en temps pour vous faire plaisir tout en ayant une alimentation saine et équilibrée en parallèle.

Pour finir, je vous donne une petite astuce afin de repérer les produits ultra-transformés. En général, ils contiennent un nombre d’ingrédients supérieur à cinq sur la liste au dos du paquet 😉



1 thought on “Du champ au produit ultra-transformé”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *